Le site internet Losange Fibre est optimisé pour les navigateurs de nouvelle génération.
Nous vous invitions à utiliser Google Chrome, Firefox, Safari ou Microsoft Edge dans leur dernière version.
Portrait de la nouvelle présidente de l’ARCEP, Laure de la Raudière
Éligibilité
Bot

Portrait de la nouvelle présidente de l’ARCEP, Laure de la Raudière


Le 27 janvier 2021, après Sébastien Soriano, élu en janvier 2015, c’est une femme, Laure de la Raudière, qui prend la tête de l’organe de régulation des Télécoms, l’ARCEP, pour une durée de 6 ans.


L’ARCEP

L’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (ARCEP) est une entité administrative indépendante qui a pour mission principale de réguler les communications électroniques et postales ainsi que la distribution de la presse sur le territoire français.

Jusqu’en 2005, cette autorité portait le nom d’« ART », Autorité de régulations des télécommunications. 

L’ARCEP veille à l’exercice d’une concurrence effective et loyale au bénéfice de l’utilisateur final. Depuis plusieurs années les réseaux fixes et mobiles ont pris une place importante dans notre quotidien et ont beaucoup évolué. Ces réseaux d’échanges jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement du pays et encore plus depuis le mois de mars 2020.

Quelques autres exemples de compétences :

  • Il accompagnement l’ouverture à la concurrence du secteur des télécommunications,
  • Il fixe des règles dans le cadre légal s’appliquant à l’ensemble des opérateurs,
  • Il attribue des ressources en fréquences et en numérotation,
  • Il détermine les montants des contributions au financement des obligations de service universel.

En cas de non-respect des obligations, l’organe peut sanctionner un opérateur. Il joue aussi un rôle de médiateur et peut régler les différends entre opérateurs.

« l’Arcep a pour objectif de s’assurer que les dynamiques et intérêts des opérateurs privés se concilient avec les objectifs de connectivité du territoire, de compétitivité et de concurrence effective et loyale entre les opérateurs, au bénéfice des utilisateurs finals. »


L’Arcep est dirigée par un collège de 7 membres nommés pour 6 ans. 3 d’entre eux, dont le président, sont nommés par le président de la République, sur proposition du Premier ministre. 2 membres sont désignés par le président de l’Assemblée Nationale et les 2 derniers par le président du Sénat.

L’organe de régulation est composé de différents organes consultatifs, une centaine de salariés qui travaillent au sein de 8 directions (direction des affaires juridiques, direction mobile et innovation, direction fibre, infrastructures et territoires, …) et des comités d’experts.


Découvrez l’ensemble des missions de l’ARCEP, ici.


Retrouvez l’organigramme de l’ARCEP, sur ce lien.



Nouvelle présidente de l’ARCEP, Laure de la Raudière

Laure de la Raudière a pris ses fonctions de présidente, le 27 janvier 2021, sous la proposition du président de la République, Emmanuel Macron.

Depuis la naissance de l’entité administrative en 1997, elle est, la première femme à occuper ce poste. Avec un diplôme d’ingénieur dans le secteur des télécommunications (Télécom Paris), elle a débuté sa carrière chez France Télécom – Orange en 1990 où elle exerça successivement plusieurs fonctions :

  • Responsable du département Clientèle d’Affaires à la Direction régionale de Paris Sud de France Télécom (1990-1994),
  • Directrice Grands comptes à la division Grands Comptes de France Télécom (1994-1997),
  • Directrice départementale d’Eure-et-Loir de France Télécom (1997-2001),
  • Associée dans une start-up créatrice de logiciels de datamining (2001-2002),
  • Associée, gérante de deux sociétés de conseil en réseaux et télécommunications auprès des grandes entreprises (2003-2010).


En parallèle, Laure de la Raudière est également députée de la troisième circonscription d'Eure-et-Loir de 2007 à 2021 et détient d’autres casquettes politique : élue locale à Saint Denis des Puits depuis 2001 et conseillère départementale d’Eure-et-Loir depuis 2015.

Particulièrement investit dans les sujets relatifs aux enjeux du numérique, elle a toujours suivi de près l’avenir et l’évolution des réseaux de télécommunications français. Elle a d’ailleurs été la co-rapporteure de plusieurs rapports d’information auprès du Parlement. Voici quelques-uns de ces sujets majeurs :

  • la neutralité de l’internet et des réseaux (2010),
  • le développement de l'économie numérique française (2014),
  • les objets connectés (2016),
  • le défi du Très Haut Débit pour tous : Grand Public et Entreprises (2020),
  • l’impact de la crise sanitaire sur le secteur du numérique et des Postes (2020).


C’est une femme pleine d’ambition et une experte reconnue des télécoms et du numérique qui prend la tête du gendarme des télécoms, l’ARCEP pour 6 années à venir.  Une nouvelle personnalité qui arrive sur le devant de la scène dans une ère où les usages se multiplient, les réseaux se développent, comme le déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire, toutes zones confondues et où l’innovation et la transition numérique sont au cœur des débats.

Publié le 8 février 2021
Articles relatifs